Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Dans un contexte de réorganisation, de nécessaire amélioration de la compétitivité de l'entreprise, dans un environnement économique de faible inflation..." les augmentations salariales 2010 seront proches du zéro infini ! Tel est, en substance, le message que la direction délivre aux salariés et aux syndicats de GSK au terme de la deuxième réunion de négociation sur les salaires pour 2010.
On le savait déjà, la direction de GSK ne vit pas dans le même monde que les salariés. La "fracture sociale" atteint ici le summum de l'indécence.
Car de quel "contexte" parle-t-on? Certainement pas de celui qui a vu les salariés d'Evreux perdre leurs emplois en 2009, accepter de reporter la date de leur licenciement, de travailler les Week-End pour assurer un surcroit d'activité lié à la grippe A H1N1, d'accepter en somme une dégradation de leurs conditions de vie et de travail. Il ne s'agit pas non plus du "contexte" anxiogène dans lequel vivent depuis de longs mois les salariés du siège et de la VM déjà touchés par un plan de réductions d'effectifs et qui ont pourtant continué sans cillés à assurer la richesse de GSK... Plus : la direction n'évoque pas, ni ne l'évalue, le bénéfice que tirera GSK de la suppression dès 2010 de la taxe professionnelle. (*), les profits colossaux réalisés ... allez arrêtons-nous là car nous serons encore tentés de "taper" sur les gentils actionnaires qui n'ont rien fait.
A l'impudicité affichée par la direction, les organisations syndicales opposent la dignité des salariés et demandent une augmentation générale à la hauteur de l'implication de tous.

Prochaine réunion le 5 novembre.

(*) Avec la suppression de la taxe professionnelle (TP) sur les investissements, les entreprises vont bénéficier globalement de 12 milliards d'euros d'allègements d'impôts en 2010 pendant la période de transition, puis de 6 milliards les années suivantes. 

 
Tag(s) : #FAX NAO

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :