Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exclusif Le Porte-Voix.
 

Le site de GSK Hérouville est spécialisé dans la production de médicaments de prescription et de produits OTC de formes liquides (buvables) et pâteuses (suppositoires). Le site assure la production des produits GSK mais également celle de laboratoires tiers.

 

L'effectif de GSK Hérouville est de 206 salariés. La moyenne d'âge est de 41 ans. L'ancienneté moyenne est de 16 ans. Le syndicat UNSA y est majoritaire en nombre de voix obtenues aux dernières élections du Comité d'Entreprise.

 

Une analyse de la performance du site d'Hérouville fait apparaître depuis quelques années une baisse des volumes et une certaine "volatilité"  des contrats de sous-traitances.  Ceci impacte, (notamment à partir de 2005 avec la perte de deux importants contrats de sous-traitance: Gaviscon et Doliprane),  la performance économique du site qui souffre dans le même temps d'un problème de non-conformité d'une matière première utilisée (nous ne parlerons pas de l'environnement concurrentiel et réglementaire difficile !)

 

Au cours de différentes réunions du Comité d'Entreprise, la Direction a expliqué aux élus que tout avait été tenté pour trouver de l'activité au site et au final le garder dans le giron de GSK.

 

GSK se donne jusqu'à septembre 2007 pour trouver un repreneur. Ce dernier devra avoir une activité suffisante pour permettre la reprise de l'ensemble du personnel. GSK resterait propriétaire de ses produits déjà fabriqués sur le site mais les laisserait en sous-traitance chez le repreneur en complément de son activité propre. Selon la Direction, son projet permettra, s'il aboutit, le maintien des effectifs dans le cadre de l'article L122-12 du code du travail et la préservation de l'outil industriel, sans casse sociale.

 

Pour la CGT de GSK, le groupe n'a pas étudié toutes les opportunités pour maintenir des volumes sur le site. Nous en voulons pour preuve les multiples contrats de sous-traitance signés par GSK, représentant une production conséquente qui aurait pu être, au moins en partie,  internalisée. L'expert du CCE n'a pas pu obtenir de la direction des informations consistantes sur les possibilités de rapatriement de cette sous-traitance.

 

La CGT ne voit ici que la conséquence de la politique industrielle mondiale du groupe qui consiste à se concentrer sur la production de ses médicaments "stratégiques" tandis qu'elle soumet systématiquement à la sous-traitance ses autres produits.

 

Par ailleurs, la CGT trouve dommageable le choix de l'entreprise de se séparer aujourd'hui d'une partie de ses ressources industrielles alors que d'ici à 2010 elle devra procéder à d'importants recrutements (300 emplois) pour sa nouvelle usine de Saint-Amand-Les-Eaux.

 

Le Comité Central d'Entreprise a formulé un avis le 16 janvier dernier,  permettant ainsi la mise en œuvre du projet de recherche d'un repreneur. Auparavant, la direction  avait obtenu des représentants du personnel un engagement dans ce sens par le biais d'un accord de méthode signé  le 20 décembre 2006 par six organisations syndicales sur sept (la CGT n'est pas signataire de cet accord.)

 

La direction distribuera un bonus exceptionnel afin de maintenir la motivation du personnel,  et sans doute la "paix sociale" sur le site dans l'attente de la concrétisation du projet de cession. Les problématiques d'emploi qui pourraient intervenir dans cet intervalle seront gérées par un accord GPEC en cours de négociation. Selon la direction, il n'y aura pas d'encouragement au départ.

 

Tag(s) : #ACTUALITE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :